voiture de l'année 2017

Voiture de l’année : l’heure de la finale

LE 13 2016

Elles étaient 34 en lice, il n’en reste désormais plus que 7. Et le 6 mars prochain, une seule sera élue voiture européenne de l’année 2017. Pour succéder à l’Opel Astra, la lauréate de cette année, les 58 membres du jury devront départager l’Alfa Romeo Giulia, la Mercedes Classe E, la Nissan Micra, le Toyota C-HR, la Volvo S90/V90, mais aussi deux autos françaises les Citroën C3 et Peugeot 3008.

Alfa GiuliaMercedes Classe Enissan-micra-voiture-de-l-annee-2017Toyota CH-RVolvo S90 V90Citroen C3 Peugeot 3008

Pour une fois, le choix risque d’être rude. Autant l’an passé l’Opel se détachait des autres faute de combattantes, autant cette année, le résultat final devrait se jouer dans un mouchoir de poche. Les jurés risquent d’éliminer d’emblée l’Alfa, la Mercedes et la Volvo. Trop chères, trop premium. Ils seront également tentés d’écarter la Nissan Micra, trop proche de la Renault Clio, puisque elle sort des mêmes chaines de montage. En plus, la petite japonaise débarque fort tard dans le concours et risque de ne pas être distribuée à temps dans tous les pays d’Europe. Le SUV Toyota C-HR ? C’est une Prius en version SUV. Rien de bien nouveau donc, hormis sa ligne spectaculaire. Reste les deux Françaises en lice. Et elles ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients. La nouvelle Citroën C3 dépoussière l’image vieillotte de la vénérable maison. Un look affirmé et un intérieur vraiment novateur jouent en sa faveur. Sauf que mécaniquement, elle ne propose rien de vraiment intéressant sous le soleil de l’innovation. Moteurs rodés, châssis correct mais sans plus : c’est une simple et bonne citadine. Reste le 3008. Ca tombe bien, les jurés n’ont jamais couronné de SUV. Et celui-ci est pétri de qualités nichées dans un design qui vise juste. Seulement voilà, Peugeot a été récompensé il y a trois ans. Un délai un peu court pour un nouveau sacre. Suspens donc pour les deux favorites, mais grande chance de victoire pour une voiture française.

Reste, comme d’habitude, de nombreux modèles sur le carreau et notamment ceux qui n’ont même pas été retenus dans la sélection finale. Des écartés qui posent question. On est en droit de se demander pourquoi le Renault Scenic ne figure pas dans la liste des 7. Le losange a pourtant réinventé le concept du monospace cette année. De la même manière, on peut s’interroger sur l’éviction de la Fiat Tipo. Turin a lui aussi réinventé un concept : celui de la voiture populaire, pas chère, et éminemment sympathique. Enfin on a quelque mal à comprendre la disparition en finale de la Hyundai Ioniq et du Kia Niro. Les Coréens ont réellement innové, et proposent enfin des modèles hybrides, qui plus est, agréables à conduire. Les jurés feraient-ils du protectionnisme pro-européen ? On n’ose l’imaginer.

Anne-Charlotte

Journaliste de formation, Charlotte a réalisé de nombreuses interviews d#9A1XxXartistes avant de créer Charlotteauvolant.net, le premier blog dédié à l#9A1XxXautomobile vue par une femme. Aujourd#9A1XxXhui, Charlotte essaie des voitures, suis l#9A1XxXactu automobile et en parle aussi sur Originauto.com

Partager l'article sur

ARTICLE SUIVANT

La F1 de retour en France

CONTACTEZ NOUS

Fermer