Nouveau Peugeot 5008

Essai Peugeot 5008 : le 3008 en version break

LE 28 MARS 2017

On pourrait l’appeler break. Mais comme cette dénomination n’existe pas pour les SUV, les constructeurs rebaptisent leurs modèles allongés. C’est le cas de Nissan, dont le Qashqai agrandit devient X-Trail. Le futur Renault Koleos, lui, ne sera qu’une version plus longue du Kadjar de la même marque. Du coup, Peugeot ne pouvait se dérober à la mode du moment lorsqu’il fut question de rallonger son best-seller, qui vient d’ailleurs d’arracher le prix de voiture de l’année : le 3008. Ainsi est né le 5008, qui reprend l’appellation d’un ancien monospace, même s’il n’a strictement aucun rapport avec lui. Car le nouveau modèle n’est rien d’autre qu’un 3008 rallongé de 19 cm. Mais les ingénieurs malins qui ont conçu l’engin n’ont pas conservé l’empattement de base. Cette partie entre les roues avant et arrière est précisément celle qui s’est étendue. Résultat : moins de poids sur l’arrière et une tenue de route en tout point égale à la petite version. Il est quasi impossible de constater une différence de conduite entre les deux modèles. Il est tout aussi impossible de ressentir au volant l’ajout d’une troisième rangée de sièges (c’est un sept places) qui, une fois repliée, offre une malle gigantesque de 780l. Inutile de chercher, c’est le plus grand coffre de la catégorie. Evidemment, pour loger des adultes tout au fond de cette voiture, ses designers ont été obligés de redessiner la partie arrière, un peu moins heureuse que sur le 3008.

Peugeot-5008-interieur

Heureusement, toutes les autres parties de l’auto sont similaires, et très homogènes avec les goûts du moment, fait de lignes baroudeuses mais civilisées. A l’intérieur de l’engin aussi, la similitude avec le SUV 3008 est totale. On retrouve le petit volant et l’I-cockpit que d’aucuns détestent et que certains adorent. Surtout, on prend plaisir à croiser à nouveau la même planche de bord, toujours impeccablement dessinée et fabriquée. Coté moteurs, on retrouve également ceux du petit frère, avec deux blocs essence et pas moins de quatre diesels qui devraient constituer le gros des ventes et qui s’étalonnent entre 100 et 180ch. On oubliera les versions de base, trop légères pour emporter les 1 500 kg du bestiau, pour se concentrer sur le HDI 150 plutôt vaillant sans être glouton. Quant aux prix, sachant que Peugeot a décidé de monter en gamme et en tarifs, on pouvait s’attendre à pire. Oscillant entre 26 400 et 43 750 euros, ils ne sont, et c’est une surprise, pas plus plus élevés que ceux de la concurrence Nissan ou même de Skoda, dont le nouveau Kodiaq propose lui aussi sept places. Sauf qu’à la différence de ce dernier, le 5008 offre sa troisième rangée de sièges, sans pour cela être obligé de piocher dans le catalogue des options.

Anne-Charlotte

Journaliste de formation, Charlotte a réalisé de nombreuses interviews d#9A1XxXartistes avant de créer Charlotteauvolant.net, le premier blog dédié à l#9A1XxXautomobile vue par une femme. Aujourd#9A1XxXhui, Charlotte essaie des voitures, suis l#9A1XxXactu automobile et en parle aussi sur Originauto.com

Partager l'article sur

ARTICLE SUIVANT

Prime record pour les salariés Porsche

CONTACTEZ NOUS

Fermer