e-mehari electrique

Essai Citroën e-MEHARI

LE 07 AVRIL 2016

La Méhari, la jolie découvrable à tout faire des années 70 qu’on adorait tant, est de retour mais en version 100% électrique. Comme d’antan, l’e-MEHARI compte bien incarner la voiture d’été idéale. Idéale car la petite voiture ne redoute aucune intempérie, ni aucun grain de sable, pas plus que les traces de maillot de bains mouillés. Cette e-MEHARI se lave au jet d’eau jusque dans l’habitacle, vous emmène jusqu’aux plus oniriques criques sans contrainte, cheveux au vent.

L’atout de cette E-MEHARI : sa bouille

La petite voiture 4 places a été très bien dessinée.  L’e-Mehari, qui ressemble à la fois à un buggy des dunes et à un mini SUV, est plutôt petite en longueur et haute sur pattes, semble pourtant parfaitement solide pour affronter la route grâce à ses roues imposantes. Les deux arceaux ne gâchent en rien l’harmonie de cette petite auto vraiment craquante, pas plus que la capote qui se scratche (attention, tâche assez difficile pour une femme. Prévoir des gants) et qui donne un peu d’étanchéité à la voiture.

La nouveauté : le « e » de e-MEHARI

Un e comme électrique pour bien signifier que la voiture de plage est entrée dans l’ère électrique. Citroën ne s’en cache pas : sa voiture est adaptée de la Blue Summer de Bolloré. Elle en récupère toute la partie mécanique : un moteur électrique équivalent à 68ch, la batterie et les trains roulants. Vous avez 150 km d’autonomie pour vous promener. Largement suffisant pour faire le tour des plages.

e-mehari-interieur

A l’intérieur, pas d’airbag, aucun miroir de courtoisie, pas de clim ou de rangements (Il faut dire aussi que cette auto aux sièges arrières rabattables fait elle même office de bac de rangement). Juste une connexion Parrot pour écouter sa playlist en bluetooth. Ce grand fourre-tout permet tout : y compris un arrosage à grandes eaux de ses surfaces intérieures et même de ses sièges, en tissu TEP, totalement imperméable.

Sur la route !

Vitesse maximale de l’e-MEHARI : 110 km/h. Elle n’est pas là pour jouer bien sûr le rôle d’une grande routière mais bien d’une estivale d’appoint, à acheter en 2ème ou 3ème voiture. Seul bémol de cette plagiste décomplexée : son prix. Avant d’enlever le bonus (6 300 euros, ou 10 000 euros en échange d’un diesel de plus de 10 ans), elle coûte 25 000 euros.

Anne-Charlotte

Journaliste de formation, Charlotte a réalisé de nombreuses interviews d#9A1XxXartistes avant de créer Charlotteauvolant.net, le premier blog dédié à l#9A1XxXautomobile vue par une femme. Aujourd#9A1XxXhui, Charlotte essaie des voitures, suis l#9A1XxXactu automobile et en parle aussi sur Originauto.com

Partager l'article sur

ARTICLE SUIVANT

La Tesla 3 ouvre les hostilités électriques

CONTACTEZ NOUS

Fermer